1- Vue du poulailler

1- La vue des poules

Le soir, quand tu descends fermer les poules à la nuit tombante, tout est calme. Tout le troupeau est là, rangé dans le cabanon sombre, seuls quelques derniers ajustements sur les perchoirs génèrent encore un peu de remue-ménage et de caquètements :

     - M'enfin, j'me tourne, pousse-toi un peu !
     - Eh toi, marche-moi dessus pendant qu't'y es !
     - T'es où copine ?...

Tout le troupeau est là..., va savoir ? En principe elles sont 19, c'est le nombre de poules que Berny et Fany m'ont confiées la veille de leur départ. Mais là, dans le noir et avec les recoins du poulailler, je n'ose pas introduire trop loin la torche électrique pour un interrogatoire numérique, craignant de créer un mouvement de poules-panique qui me submergerait... déjà que c'est le moment où tu leur subtilises les œufs !
Va donc pour 19.

2- Poulailler - horloge

2- Poules à l'heure - d'été ou d'hiver ?

Les œufs, 13, 12, ou 11 chaque soir, rarement plus sauf une fois, jamais moins.

Berny m'a dit :

     - Ne t'embête pas à descendre 3 fois par jour, tu ramasses les œufs le soir quand tu fermes les poules.
     - Ça risque pas de mettre le bazar dans le poulailler ?
     - Ben non, c'est le soir, elles sont perchées !

Oui, les poules ça dort perché en haut, pas autrement, et ça pond posé en bas, pas autrement.
Il faut dire que l'année dernière et encore au printemps 2016, je m'étais fait une obligation polie de 3 visites par jour : nourrir et lâcher au petit matin, puis relever les œufs vers 17h quand ça picore encore dehors, et enfin, fermer le soir venu... "bo-nne-nuit les poupoupoules !".
Inutile : les poules, tu peux leur ramasser les œufs même si elles sont là, perchées.
Et moi naïf, persuadé qu'après la pondaison venait la couvaison... pas si bêtes les poules !

3- Poule noire couroucée

3- Poule noire courroucée

N'empêche qu'au printemps dès le lendemain du départ de Berny et Fany, à 17h l'une des 4 cellules du casier-pondoir était toute remplie d'une grosse poule noire. J'ai bien tenté de lui mettre la main sous les fesses, mais vu sa tête courroucée prolongée d'un bec affûté, je n'ai pas insisté. Un jour d'accord, deux passe encore..., mais pas trois : "aller, pousse-toi de là"... 9 œufs couvait la poule noire ! 
Le troisième jour, au lieu des 17 cocos habituels, je suis donc remonté avec 26 : fier de la récolte certes..., un peu de mon courage aussi.  

A son retour, c'est Berny qui a avancé une explication à cette couvaison-nerveuse :

     - Ce doit être la grosse noire attaquée et égorgée par la buse, tu te souviens Fany, celle qu'on a recousue...

Au temps de leur vie professionnelle, Berny et Fany étaient médecin et sage-femme. Quant à la grosse poule-noire choquée puis recousue, comme un végétal qui fructifie à profusion l'année suivant une sécheresse, après avoir été sauvagement agressée par la buse, sans doute a-t-elle été saisie d'une frénésie de reproduction, quitte dans l'affaire... à se passer de coq !? 

4- Matin descente

4- Lâcher du matin

Le matin, quand tu descends nourrir et ouvrir aux poules, tu ne sais pas bien de la nourriture ou de la liberté ce qui compte le plus pour elles ? Elles non plus d'ailleurs. 
Par contre, si tu tardes, tu entends depuis la route la révolte qui couve et glousse dans le poulailler :

     - Qu'est-ce qu'y fait, c'est 8 heures, devrait être là ?
     - J'y crois pas, y nous a oubliées ?
     - Si ça continue, on va tout péter !...

Ce genre d'erreur tu ne la fais qu'une fois ; ça, je l'avais compris dès le premier matin l'an passé : tu remplis les gamelles et après seulement, tu lâches les poules. Si tu les lâches et que les mangeoires sont vides, alors gare à tes godasses, tes lacets, ton bas de pantalon, tes chaussettes... t'as plus qu'à tout jeter et te sauver !

5- Poule grise - descente

5- Sortie dernière, la grosse poule grise

La grosse grise, seule poule de cette couleur, sort toujours la dernière, lentement, sûre de sa prestance dominante. Elle arrive aux gamelles, "poussez-vous les filles, c'est moi", et si une roturière rousse ou noire a l'audace de picorer un peu trop près, la grise se redresse, cou tendu, et décoche un coup de bec à la manière "coup de boule de Zinedine" qui fait le vide autour d'elle ! C'est comme ça que ça se passe, enfin... que ça se passait en juin dernier.

6- Poule grise mange

6- Grosse poule grise mange seule

Quatre mois plus tard, la grosse grise descend la rampe toujours la dernière, mais l'appétit n'y est plus. Les autres ont pris le dessus avec du poil de la bête. Elles ne s'en laissent plus compter, conduisant la dominante déchue à la neurasthénie. Grosse grise jette un oeil morne sur une gamelle, se perche sur l'autre, picore un grain ou deux, puis sort seule sur le seuil de bois, hésite sur la direction à prendre, s'ébroue dans une volée de plumes... avant de retrouver un chouya d'entrain face au paysage.

7- Poule grise sort

7- "I'm a poor lonesome chicken"

Berny n'a pas prescrit d'antidépresseur, pas de cure de Prozac en vue..., il parle de casserole ! 

Rocky Balboa (alias Sylvester Stallone), on l'a vu, était revenu au top de sa forme pour aller affronter sur le ring de boxe l'affreux Mason Dixon grâce aux conseils d'un vieil entraîneur retraité. Et parmi ceux-ci, au milieu d'un plan d'entraînement à base de tronc d'arbre et de sac de sable pour la force, de corde à sauter et de course à pied pour l'endurance, il y avait la course-poursuite à la poule dans un enclos, pour la vivacité, les réflexes et la ruse...

Fany m'avait dit en septembre 2015 :

     - Tu sais, entre le jardin et les poules, on n'a plus le temps, plus trop envie, plus trop besoin d'aller courir la montagne en été ou de skier l'hiver.

8- Panorama depuis jardin, poulailler

8- Poules, Berny et Fany, Adrien et Edwige... font "panorama commun"

Sans jardin, mais avec les poules et les balades en montagne, je n'étais tout de même pas parvenu en octobre 2015 à un retour en forme magique et durable, en tous cas pas suffisant pour me croire de 20 ans rajeuni. J'en avais pris mon parti, considérant les poules comme une distraction utile et sympathique, saupoudrée d'un petit peu d'exercice physique.

C'était sans compter que Berny allait ajouter du nouveau dans son poulailler au printemps 2016 :

     - Ah au fait, tu verras, il y a 7 petites nouvelles poules rousses, on les a eues poussines, mais elles ne sont pas encore bien habituées... tu verras...

Berny ne m'en avait guère dit plus, enfin, je crois aussi n'avoir pas bien écouté. 
Le premier matin rien d'anormal ne m'est apparu, incapable même que j'étais de distinguer parmi la vingtaine de poules, les sept rousses qui auraient dû être plus malingres. C'est le soir que j'ai compris !
A la nuit tombée, pas un bruit dans l'enclos. Je ferme le poulailler comme d'habitude et m'apprête à repartir, quand j'entends glousser sous l'abri à foin voisin. Dans le faisceau lumineux de la torche apparaissent alors, blotties les unes contre les autres au fond du cabanon, les sept petites poules rousses.
Une par une à son tour, tout en craignant une bruyante débandade, j'ai saisi délicatement chaque poussine toute douce pour la transporter jusqu'au poulailler, lui faire passer le plan incliné, la pousser sous la trappe et l'enfiler le plus loin possible vers ses congénères plus anciennes, le tout en berçant-fredonnant : 

"L'était une p'tite poule rou-sse,
qu'allait pondre dans la mou-ou-sse,
elle pondait un p'tit co-co,
pour l'enfant s'il dort bien-tôt.

et d'une,

L'était une p'tite poule noi-re,
qu'allait pondre dans l'armoi-a-re,
elle pondait un p'tit co-co,
pour l'enfant s'il dort bien-tôt.

et de deux,

L'était une p'tite poule gri-se,
qu'allait pondre dans l'égli-i-se,
elle pondait un p'tit co-co,
pour l'enfant s'il dort bien-tôt.

et de trois,

L'était une p'tite poule blan-che,
qu'allait pondre sur une bran-an-che,
elle pondait un p'tit co-co,
pour l'enfant s'il dort bien-tôt.

et de quatre,

L'était une p'tite poule bei-ge,
qu'allait pondre dans la nei-ei-ge,
elle pondait un p'tit co-co,
pour l'enfant s'il dort bien-tôt.

et de cinq,

L'était une p'tite poule...?
... bru-ne, 
qu'allait pondre dans les pru-u-nes,
elle pondait un p'tit co-co,
pour l'enfant s'il dort bien-tôt.

et de... six,

L'était une p'tite poule...?
... jau-ne, 
qu'allait pondre jusqu'à Beau-eau-ne,
elle pondait un p'tit co-co,
pour l'enfant s'il dort bien-tôt..."

et... de... sept !

Sept fois chaque soir, sept soirs de suite, durant une semaine le même cérémonial... mais jamais une tentative de coup de bec ou de fuite. A croire que les poussines ont pris goût à se faire border de la sorte !

9- Poussines, grosses poules rousses

9- Poussines rousses devenues grandes

Quatre mois plus tard, de retour il y a quelques jours la veille du départ de Berny et Fany, au moment de la passation des consignes :

     - Dis-donc Berny, tu les couches encore une par une tes poussines ?
Le sourire aux lèvres et de me répondre :
     - Pfffou, non ! Y'a longtemps qu'elles rentrent toutes seules, tu les as bien habituées au poulailler !

En juin, les 7 Poupoulettes ne connaissaient pas encore le petit labyrinthe sombre conduisant à l'intérieur du poulailler où régnait en matrone une grosse poule grise, celle-là même qui, chaque matin aux gamelles, asseyait son autorité à coups de bec. Aujourd'hui en octobre, parmi les 19 poules de Berny et Fany, s'ébattent 7 poules rousses, grasses et vigoureuses, reconnaissantes, sûres d'elles, affectivement équilibrées, toutes plus grosses que la pauvre grise démocratiquement déposée, puis devenue si mélancolique. 

Poule grise - comp

 10- "Nobody loves me."

Quant à moi, dès qu'on fait appel, au printemps et à l'automne, je décroche mon chapeau et mon bâton de berger, j'enfile mes godillots, j'épingle mon edelweiss au revers de la veste et j'accours à l'alpage. J'y retrouve mes deux fidèles Chattes de montagne, mais..., bien obligé de reconnaître qu'elles ont encore beaucoup à apprendre avant d'être utiles à la conduite du troupeau !

11- Chattes

11- Chattes de montagne

 

© F6 

3 novembre 2016 

NB : En cliquant sur chaque photo celle-ci s'ouvre bien plus nette dans une nouvelle fenêtre. En bas à gauche, deux flèches permettent de faire défiler toutes les illustrations de la publication. 

Pour ceux qui auraient manqué le premier épisode :

"Chez moi", un mois (3/5) Poupoupoules

Je les compte pu, c'est pas possible, ou alors quand elles sont toutes perchées le soir dans le poulailler, et même là, c'est pas facile ! Visite au poulailler vers 18h, encore en pleine activité ! Je confirme : impossible à compter. Il en accourt de partout en caquetant dès que tu approches de l'enclos.

http://f6mig.canalblog.com