On pourrait imaginer qu'un beau jour de printemps, tous les troupeaux sortiraient des étables, des stabulations et des bergeries, pour entreprendre "à sabots" le voyage vers les alpages qu'on nommerait "montagnée", ou transhumance dans les régions plus méridionales.

A l'inverse, on pourrait imaginer la "démontagnée", un beau jour d'automne au milieu d'autres déjà plus rigoureux, où les mêmes troupeaux toujours "à sabots", reprendraient ce chemin dans l'autre sens, des alpages vers les étables, les stabulations et les bergeries.

Pas si simple :

     - le chemin est long entre les étables et les estives,

     - le temps est long entre la première neige durable de novembre ou décembre, et les dernières bourrasques de "neige du Coucou" de mai ou juin.

IMG_0075 comp

1- Troupeau "en démontagnée" le 23/10/2016 aux abords du hameau de PRACOMPUET - vallée du Ponthurin, PEISEY-NACROIX, portes de la Vanoise 

Fractionner le chemin en plusieurs étapes, et réduire le plus possible le temps passé enfermé dans de tristes hangars ou de sombres étables à consommer le foin âprement récolté l'été, relève d'optimisation de bon gestionnaire, tirant profit le plus longtemps possible de chaque niche fourragère.

Ici, on ne fait pas les foins une seule fois par an, ni même deux avec ce qu'on appelait jadis le regain, mais trois ou quatre fois dans les parcelles les plus accessibles aux abords des villages. A cet effet, il n'est pas rare en été de voir arroser les pâturages les plus proches du torrent ou du ruisseau, vides de tout bétail.

12- Troupeau en route pour alpage

2- Troupeau "en montagnée" le 14/06/2016 aux abords du hameau du CHENAL - vallée de l'Isère entre SAINTE-FOY-TARENTAISE et TIGNES

Démontagnée, et "montagnée", ne sont pas que trajets uniques de haut en bas et de bas en haut, accomplis le plus rapidement possible. Démontagnée et "montagnée" s'effectuent en plusieurs étapes, stationnant quelques jours sur des terrains propices au pâturage des troupeaux. Ainsi, chacune de ces pâtures d'étapes, "aubaines fourragères", sera broutée à son tour "jusqu'à la racine" deux fois par an, en fin de printemps et en début d'automne. Les outils modernes sont mis à contribution, mais leur mise en oeuvre ne semble pas avoir beaucoup économisé de bras d'agriculteurs-éleveurs ni de leurs collaborateurs. Même si bétaillères, salles de traite et tank à lait mobiles, pick-up et tracteurs sont sur le terrain, hommes, femmes, adolescents, enfants et chiens le sont aussi, toujours en nombre. Tous, matériels, humains, et chiens de troupeaux indispensables, se transportent un beau jour entre deux traites. Ils descendent, ou montent, d'étape en étape, le plus souvent à pieds et à sabots, maculant de bouse les routes empruntées en dehors des périodes d'afflux touristique. 

Je regretterai toujours de n'avoir pas, à l'automne 2015, osé prendre la photo de cette adolescente de 13 ou 14 ans, assise sur le talus herbeux, devoir de mathématiques sur les genoux, téléphone portable à portée de main, gardant avec ses chiens un troupeau d'une bonne centaine de moutons dans l'alpage du Forand au bord de l'Ormente...

1

   3- Passage central du défilé de troupeaux à l'Hôtel de Ville de BOURG-SAINT-MAURICE - Samedi 22 octobre 2016 

La Démontagnée de BOURG SAINT MAURICE, puisque c'est d'elle dont il s'agit maintenant, s'est tenue le 22 octobre 2016. Samedi est un jour de marché, les touristes ne sont plus là en grand nombre, alors l'affluence est essentiellement locale. Nous l'avons vu, il ne s'agit donc pas (ou plus) d'une étape de retour vers les étables, les stabulations et les bergeries comme on imagine la transhumance, mais d'un moment de fête et de célébration du monde paysan.   

2

4- Rue principale entre Gare et Hôtel de Ville, puis entrée dans le secteur piétonnier  

Les troupeaux se succèdent en défilé, espacés au gré du bon vouloir des bêtes et des organisateurs. Marcher en ville entre des bâtiments, sur un sol dur et uniforme, entre deux haies de foule, sous les applaudissements, la musique et le micro, impose du "sang froid" chez les bêtes et dans leur encadrement nombreux. Si les vaches sont habituées au bruit, ce n'est qu'aux seuls sons de leurs cloches, dans le cadre paisible et confortable des alpages.

3

5- En GAEC et en famille, en costume  

Le Groupement Agricole d'Exploitation en Commun (GAEC) semble être la règle et peut-être bien le GAEC familial, parents, enfants, fratrie, oncles et tantes...

4

   6- Chiens de troupeaux toujours au travail, moins sensibles aux honneurs

Il se lit sur les visages de tous, enfants et adultes, costumés ou pas, le plaisir et la fierté d'être là avec ses bêtes propres et bien menées. Chacun ralentira au droit de l'Hôtel de Ville où le prêtre de la paroisse, non seulement bénira bêtes et humains, mais aura aussi un mot de présentation au micro, une chansonnette à la fois pastorale et religieuse. 

5

7- Bénédiction (chien réticent ?)  

Certains troupeaux plus que d'autres seront décorés...,

6

8- Tarines ornées  

... le resserrement de la chaussée et le virage sombre de l'Hôtel de Ville vers la rue piétonne, semblent effrayer les vaches. Certaines tentent même de rebrousser chemin, quitte à recevoir quelques bons coups de bâtons, juste avant ou peu après la bénédiction du prêtre.

7

9- Tarines facétieuses  

Près de 300 vaches défileront dans les rues, cependant bien plus n'auront pas été "de corvée", préférant rester au calme dans les prés.

8

10- GAEC caprin des 5 lacs  

Plutôt en fin de défilé arrivent chèvres et moutons, introduits par un GAEC "coloré" très applaudi !

9

11- Chèvres... aux couleurs de la façade de la Banque de Savoie !  

Les flots d'ovins et de caprins bien plus nombreux, sont aussi plus disciplinés que les bovins. Aucun animal ne tourne les sabots, tous suivent "comme des moutons" leur berger et son chien de tête.

10

12 et 13 - Marée ovine, quelques éléments caprins introduits

Ce sont plus de 2000 moutons qui passeront sagement en rangs très serrés sous nos yeux !

11

13  

Quelques fanfares sonoriseront le défilé. Mais il faut bien reconnaitre que la chaussée devient vite très glissante, et que les chaussures de ville allant avec les uniformes des musiciens ne lui sont pas du tout adaptées !

Les Cors des Alpes peu mobiles se seront vu proposer la place de choix sur le parvis de l'Hôtel de Ville pour des interprétations et interventions bien applaudies.

12

   14, 15 et 16- Ensemble de Cors des Alpes (et danseur)

Contrairement à l'idée reçue, le son doux et harmonieux des Cors des Alpes peut donner lieu à des interprétations alertes et enjouées. Alertes, enjouées et même dansantes !

13- Cors - enfant - danse

15

14

16

Conformément aux idées reçues, la musique dansante fait boire, même les musiciens... Mais leurs instruments bien trop grands, à ce moment là ne sont plus d'une fête qu'ils termineront seuls sur le trottoir !  

 

© F6

25 octobre 2016

NB : En cliquant sur chaque photo celle-ci s'ouvre bien plus nette dans une nouvelle fenêtre. En bas à gauche, deux flèches permettent de faire défiler toutes les illustrations de la publication.