"... Les suisses sont experts en randonnées, sportive, touristique, itinérante, dominicale, familiale, adaptée... certes, grâce à la densité d'un réseau de sentiers aménagés et entretenus, mais aussi à la faveur de leur desserte 7j/7j par divers modes de transports en commun, car postal, trains, bateaux..."

La Constitution suisse, dans son article "37 quater", confie aux Cantons l'entretien, l'aménagement et le remplacement des "chemins pour piétons" et des "chemins de randonnée pédestre". Ainsi place-t-elle à un même niveau d'obligation :

     - l'utilitaire nécessaire ("Ces réseaux comprennent les chemins pour piétons proprement dits, les zones piétonnes, les rues résidentielles et autres voies du même type, judicieusement raccordés. Les trottoirs et les passages pour piétons peuvent servir de jonction. Les chemins pour piétons desservent et relient notamment les zones résidentielles, les lieux de travail, les jardins d'enfants et les écoles, les arrêts des transports publics, les établissements publics, les lieux de détente et les centres d'achat"

     - et le loisir sportif, familial, ou touristique ("Les réseaux de chemins de randonnée pédestre, destinés surtout au délassement, se trouvent en règle générale en dehors des agglomérations. Ils comprennent des chemins de randonnée pédestre judicieusement raccordés. D'autres chemins, en particulier des tronçons de chemins pour piétons et des routes peu fréquentées, peuvent servir de jonction. Dans la mesure du possible, ils incluront des tronçons de chemins historiques. Les chemins de randonnée pédestre desservent notamment les zones propices à la détente, les sites (points de vue, rives, etc.), les monuments, les arrêts des transports publics ainsi que les installations touristiques").

La Loi fédérale sur les chemins pour piétons et les chemins de randonnée pédestre (LPCR) du 04/10/1985 qui affirme ces obligations d'entretien, d'aménagement et de remplacement, propose également le soutien, la coordination technique de la Confédération, et prévoit la participation d'associations, d'initiatives privées. 

1-

1- Partie forestière du BISSE DE SAVIESE et de son sentier

Ce que la Constitution et la Loi n'évoquent pas, parce que ce n'est pas l'objet de leur littérature, c'est la reconnaissance tacite de la population attestée par la fréquentation des sentiers et pour certains, par l'engagement collectif ou individuel dans leur maintenance : en SUISSE, on marche, non pas de 7 à 77 ans, mais d'une extrémité à l'autre de la vie, en solitaire, en famille, entre amis, le dimanche et la semaine, à toutes saisons... 

Nombre de Lois apprécieraient une telle popularité, une aussi belle reconnaissance implicites !

Le sentier du BISSE DE SAVIESE - TORRENT-NEUF débute là où le car postal s'arrête : au choix dans le virage du hameau de BINII, ou bien celui de PRAFIRMIN.

Longé par le sentier de randonnée, le BISSE, dont l'origine du nom est à rapprocher du mot français "bief", est un canal d'irrigation qui vient capter l'eau de torrents de montagne nés des glaciers, pour la distribuer sur les flancs plus arides au fil d'un long trajet en balcon. Le bisse fournit l'eau aux éleveurs et à leur bêtes, aux prairies à fourrage, aux cultures maraîchères, aux fromagers peut-être. Ce bisse daterait d'avant 1430, année au cours de laquelle il a bénéficié de modifications et d'aménagements de son cours lui valant le nom de TORRENT-NEUF. 

2-

2- Vue sur la VALLEE DU RHÔNE, SION et ses vergers depuis le BISSE DE SAVIESE 

Les bisses du VALAIS, au nombre de 56 sont réputés, particulièrement celui du TORRENT-NEUF à SAVIESE pour son parcours vertigineux et ses aménagements sécurisés remarquables. Le sentier du BISSE DE SAVIESE n'est ouvert à la promenade dans son intégralité que de début mai à fin octobre, mais 7 jours sur 7. Serpentant à flanc de montagne de 1100 m à 1300 m d'altitude, on le divise naturellement en deux tronçons très différents. Le premier, forestier jusqu'à la CHAPELLE SAINTE MARGUERITE, domine la VALLEE DU RHÔNE, SAVIESE et SION au niveau des prairies. Il est aisé et à la portée de tous.

3-

 3- CHAPELLE SAINTE MARGUERITE

Le second tronçon débute à la chapelle, ou plutôt à la BUVETTE DES VOUASSEURS toute proche, et pénètre dans une vallée beaucoup plus encaissée. Souvent accroché au sens propre du terme à la falaise dominant les GORGES DE LA MORGE, aménagé par vocation et obligation, il reste très impressionnant. "Très beau parcours très vertigineux. Absolument déconseillé aux personnes souffrant du vertige. Si vous êtes accompagnés d’'enfants, une surveillance sans relâche est vivement recommandée", ainsi est-il résumé dans les guides.

4-

4- Début du deuxième tronçon vertigineux reliant la CHAPELLE SAINTE MARGUERITE à la BUVETTE DE BRAC au terme du sentier

Début novembre, l'automne est vite là qui, avec l'hiver, rendra le cheminement glissant et encombré, par conséquent trop périlleux pour être ouvert au public. Avec le début du printemps, ce seront les mois mis à profit pour les réfections, les aménagements nouveaux, l'embellissement et le nettoyage. Très probablement placés sous les conseils et le contrôle du Canton et de la Confédération, ces travaux sont confiés à l'Association pour la sauvegarde du Torrent Neuf.

5498201_orig

5- Plaque commémorative BUVETTE DE BRAC en fin de parcours (cliché emprunté au site officiel)

Les membres actifs de l'association se transforment en "vouasseurs" à l'occasion des "campagnes de manoeuvres" annuelles. "Vouasseurs", ainsi nommait-on les employés chargés de l'entretien des bisses au temps de leur pleine utilité. Aujourd'hui, les bénévoles associatifs engagés dans la préservation de leur patrimoine historique local se regroupent plusieurs fois par année, empruntant aux militaires le terme de "manoeuvres", pour balayer, pelleter, dégager, brouetter, réparer... mais aussi boire, rire, et chanter. Les deux buvettes servent alors de point de regroupement, de camps de base, de lieux de repos et de convivialité méritée.

unspecified-7

6- GORGES DE LA MORGE (photo JB.M.)

Dans ce deuxième tronçon aux aménagements conséquents, le sentier est jalonné de plaques commémoratives. Chacune fait mention des donnateurs privés, qu'ils soient individuels, familiaux, entrepreneurs ou banquiers, ayant financé et rendu possible la réalisation des ouvrages de la portion suivante. 

5-

 7- "Garde-bisse", le dernier ours du VALAIS

Mains-courantes, garde-fous, pare-pierres sécurisent et accompagnent les promeneurs d'un bout à l'autre des 3,5 km séparant la BUVETTE DES VOUASSEURS de la BUVETTE DE BRAC. Chapelle et bancs aux endroits les plus larges permettent un moment de repos contemplatif. Bien mieux qu'avec mes quelques clichés, vous pourrez découvrir ce sentier sur son site officiel. Les sensations qu'il procure sont particulièrement perceptibles avec la vidéo (onglet "images") :

Les sensations les plus éprouvantes sont offertes par 4 ponts suspendus, longs de 100 à 200 mètres.

6-

8- Premier pont suspendu (groupe sur le retour)

Premier pont passé, peu rassuré, ne sachant que faire des bâtons de marche, mais premier pont passé ! Bâtons repliés et rangés dans le sac, je me suis engagé "bille en tête" sur le second, sans avoir encore eu le temps de vraiment comprendre que, pour limiter les sensations désagréables, mieux valait ajuster sa foulée aux balancements de l'ouvrage afin de marcher en phase avec celui-ci, dans le tempo du pont. Pratiquement parvenu à la moitié de l'ouvrage, appliqué à dompter une crainte irrépressible, des pieds à la tête j'ai ressenti du gîte et de la houle parasitant mes foulées encore chancelantes : un groupe venant de s'engager à contresens, et à contretemps, arrivait en face de moi ! Panique..., demi-tour..., retour sur une terre plus ferme...

unspecified-5

9- Pont "du renoncement" - MC sur le retour : même pas peur ! (effet "grand angle", photo : JB.M.)

Le vertige surtout, mais ce groupe d'importuns aussi, auront eu raison de ma promenade après un pont et demi. Un pont et demi dans un sens et retour, font l'équivalent de 3 ponts... quand même !

Pas déçu pour un sou, au contraire très heureux de cette découverte, l'attente de ma famille plus audacieuse m'aura récompensé d'une nouvelle Orchidée sauvage s'ajoutant à mes 25 bonnes amies.  

Epipactis helleborine - p2 - comp

10- "Nouvelle" Orchidée - la plante

Tel que je le décrivais dans un article récent, vous reconnaîtrez sur ce cliché le port global de la plante, commun à la grande famille des Orchidées. L'inflorescence tournée vers le sol, cette nouvelle venue semble plus "timide" que la plupart de ses cousines, bien différente aussi des Orchis et des Ophrys.

Voici...  

Epipactis helleborine - i f1 - comp

11- Epipactis helleborine - la fleur

... ou "Orchis du Bisse" ! (qui méritera bien une prochaine présentation plus détaillée)

 

© F6

23 août 2016

Pour un aperçu complet des sentiers du VALAIS empruntant le tracé des bisses :

Les Bisses du Valais

Itinéraires des promenades au fil de l'eau en Valais

http://www.les-bisses-du-valais.ch

Remarquable reportage télévisé de la restauration du Bisse de Savièse dans l'émission "Passe-moi les jumelles" :

Pour voir d'autres Bisses (et plein d'autres contrées) chez Xtian (Parcourir le monde) :


NB : En cliquant sur chaque photo celle-ci s'ouvre bien plus nette dans une nouvelle fenêtre. En bas à gauche, deux flèches permettent de faire défiler toutes les illustrations de la publication.