En balade hier, je me suis trouvé face à ce panorama grandiose entaché de barres d'immeubles.

1- Face à Tignes

1- Face à TIGNES-VAL CLARET depuis  l'extrémité ouest du Vallon de la Grande Sassière

L'aspect de plusieurs quartiers de la station de TIGNES est réputé comme étant en grande partie disgracieux, cependant les constructions récentes et les rénovations font l'effort d'une architecture d'apparence plus traditionnelle. Bien que disposant du plus vaste domaine français skiable l'été, la fréquentation de TIGNES reste essentiellement hivernale, à 84% selon une étude de 2008. L'activité uniquement pastorale de cette cuvette de haute montagne a pourtant fait bon ménage avec un premier tourisme estival entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème, tourisme du bon air pur et frais, tourisme de l'alpinisme et des courses en montagne.

2- Tignes-winter

2- TIGNES-VAL CLARET (emprunt site internet de TIGNES)

L'inversion a été progressive, débutant entre deux guerres, et s'accélérant avec les "Plans Neige" de l'Etat français de 1964 à 1977. Malgré un récent regain de fréquentation estivale lié à l'ouverture des remontées aux vététistes et à l'augmentation du nombre de randonneurs pédestres, l'inversion est massive : TIGNES passe de 2600 tignards à près de 40 000 habitants en haute saison hivernale.

La transition en quelques décennies, d'une économie pastorale à une économie du tourisme hivernal,  est en soit une reconversion conséquente et brutale qui semblerait aujourd'hui assimilée. Elle a été d'autant plus brutale que les tignards ont appris en 1941 qu'on projetait depuis 1933 de noyer leurs villages. Les travaux de construction du barrage de TIGNES ont débuté en 1946 pour s'achever par sa mise en eau en 1952 noyant le village chef-lieu et 6 hameaux. Entre temps, des actes de sabotage ont conduit le Préfet à placer les travaux sous la surveillance des gendarmes mobiles. Les tignards, contestant le montant des dédommagements, ont obtenu gain de cause avec leur révision à la hausse devant une commission arbitrale en 1951. Cela ne les a pas empêchés d'avoir à vivre des expulsions manu-militari, le déménagement in-extremis du cimetière et des archives, le dynamitage de leurs maisons...  

3- Plan espace Killy

3- Plan des pistes (emprunt site internet de Tignes)

Avec des dispositions financières favorables, les Plans neige de 1964 à 1977 étaient destinés à développer les stations d'altitude afin de faire face au risque, à l'époque déjà envisagé, de moindre enneigement en moyenne montagne. Ils aboutiront à la création de 150 000 lits... sur les 350 000 envisagés initialement ! Peut-être s'est-on rendu compte à temps que notre patrimoine montagnard courrait des risques à se développer autant... à moins que les subventions... ?

Aujourd'hui l'accent est mis, y compris en moyenne montagne, sur l'enneigement artificiel, l'extension du domaine skiable avec les liaisons inter-stations, et sur des propositions d'animations commerciales, sportives et festives 24h/24h en haute saison. 

4- Le Dauphiné - Tignes 30 000 clubbers

4- Le Dauphiné - TIGNES, 30 000 clubbers

Les grandes stations de sport d'hiver tentent effectivement de vivre  24h/24h. Ainsi une ancienne travailleuse saisonnière conduite en auto-stop de BOURG-St-MAURICE à VAL D'ISERE m'expliquait son soulagement d'avoir obtenu un contrat à La Poste, nettement moins épuisant que les horaires de nuit de la pizzeria ouverte en permanence 24/24, 7/7 en haute saison. 

5- Pierre et vacances - skiing, fooding, clubbing

5- Pierre et Vacances - ski, fooding, clubbing

Les traditionnels hébergeurs proposent aussi les forfaits remontées mécaniques et la location de matériel, ils élargissent également leurs propositions à la restauration et à la fête, de jour comme de nuit : "Après le déjeuner, l’ambiance monte crescendo jusqu’à l’arrivée des performers vocaux, danseurs et musiciens pour des shows électriques ! Puis place au DJ qui emporte le public dans un après-ski au rythme de folie" ...

    

     Revenons de l'autre côté et prenons du recul dans la quiétude... 

6- Face Tignes - hameau du Saut

petit à petit...

7- Face Tignes - hameau du Saut

... encore un peu et nous voici passé derrière le hameau du Saut en ruine, au bord du verrou glaciaire saut du ruisseau de la SASSIERE, face à la vallée de l'ISERE, à la cuvette de TIGNES, au massif du PARC NATIONAL DE LA VANOISE et à ses plus hauts sommets.

Face à face, le hameau abandonné, la station sportive et festive en vogue. 

8- Hameau du Saut

6, 7 et 8- Hameau du Saut, face à TIGNES

Rebroussant le cours calme du ruisseau de la Sassière, nous entrons résolument dans le VALLON DE LA GRANDE SASSIERE...  

9- Ruisseau de la Sassière

9- Ruisseau de la Sassière 

pour nous retourner face au contraste annoncé !

10- Réserve de la Grande Sassière

10- Vallon de la Grande Sassière, avant le cirque glaciaire 

Le chalet d'alpage toujours en activité n'est pas occupé. Les tarines ont encore à paître plus bas dans la vallée et le seul troupeau observé aux jumelles sera une harde d'une trentaine de chamois broutant paisiblement sur les flancs escarpés de la GRANDE SASSIERE. 

11- Gentiane printanière - 1

Du ciel au sol,

A peine la dernière neige disparue,

Marcher dans les étoiles,

De l'alpage au col,

Jusqu'aux premiers flocons d'automne revenus.

12- Gentiane printanière - 2

Dans un cercle de pierre matérialisant l'emplacement des Edelweiss (Leontopodium), nous nous sommes installées en pensant peut-être profiter de la protection efficace, puisqu'elle est là depuis plus de 15 ans. A gauche, on voit ce qui reste des Edelweiss de 2015 après un hiver : "de beaux restes" quand on sait qu'ici à 2500 m, l'épaisseur de neige devait dépasser le mètre il n'y a que quelques semaines.

13- Cercle Leontopodium

11, 12 et 13- Gentiane printanière

Marcher sur les sentiers, la tête et les pieds dans les étoiles..., "Stars of paths" (stars des sentiers), je suis la Gentiane printanière , ou Gentiana verna.

14- Pulsatille des alpes - 1

La curiosité du marcheur ne peut pas ignorer toutes ces fleurs à coeur jaune et tépales blancs. Les premières ont le feuillage caractéristique des Anémones, mais pas l'aspect très velu habituel d'autres pulsatilles.

15- Pulsatille des alpes - 2

14 et 15- Anémone printanière (Pulsatilla alpina) 

Le port est altier, la corolle plus fièrement tournée vers le soleil. Pulsatilla alpina, ou Anémone alpine fait partie de la grande famille des renonculacées...

... tout comme sa proche voisine...

16- Renoncule de kuepfer - 3

... qui se distingue d'elle par des feuilles lancéolées, des tiges à plusieurs fleurs, des fleurs de plus petit diamètre au coeur plus proéminent.  

17- Renoncule de kuepfer - 2

16 et 17- Renoncule de kuepfer

... voici l'élégante et frêle Renoncule de kuepfer ou Ranunculus kuepferi.

Trop éloignés pour la photo les chamois ; nombreuses et très vives sont les marmottes du vallon surveillant leurs marmottons âgés de guère plus de 6 semaines. Celle-ci semble attirer mon attention sur une autre fleur également très proche des précédentes et nombreuse,

18- Marmotte Sassière

18- Marmotte adulte aux aguets

... mais ce n'est pas une renonculacée. Des fleurs à huit pétales, de jolies feuilles dentées, dressées à la verticale, luisantes sur le dessus et mates sur le dessous,

19- Dryade à huit pétales

 19- Dryade à huit pétales

... voici la Dryade à huit pétales, ou Dryas octopetala de la famille des rosacées.

 

     En 1963, à l'époque de la création du PARC NATIONAL DE LA VANOISE et de l'expansion de la station de TIGNES, celle-ci a obtenu que deux secteurs ne fassent pas partie du parc, mais soient classés "réserves naturelles", autorisant l'installation de pistes et de remontées mécaniques, permettant la protection de la flore et de la faune. Ont alors été créées la réserve de TIGNES-CHAMPAGNY, et du GLACIER DE LA GRANDE MOTTE (voir plan des pistes ci-dessus). En 1967, puis en 1969, les  aménageurs exploiteurs d'or blanc souhaitant agrandir le domaine skiable sur le glacier et  projetant la liaison TIGNES-VAL D'ISERE pour ouvrir l'énorme "ESPACE KILLY", sont revenus à la charge, à la table des négociations. Voici qui, peu après la création du Parc, constituait une nouvelle remise en cause de son territoire et de ses prérogatives. Pourtant situé de l'autre côté de l'ISERE et faisant frontière avec l'ITALIE, le massif de la GRANDE SASSIERE, son vallon et ses cirques glaciaires appartiennent au territoire de la commune de TIGNES. Bien que de création encore récente, le PARC NATIONAL DE LA VANOISE, ou plutôt les personnes à sa tête ne sont pas nées de la dernière pluie, ayant plutôt le cuir tanné à l'épreuve de multiples tracasseries administratives et autres bâtons dans les roues. Le "marché" (la Sassière contre un morceau du Glacier de la Grande Motte), envisagé de longue date par les uns, et peut-être imaginé par les autres, a bien dû connaître moult tractations, marchandages, réunions, dossiers, avis, expertises...        

Le 10 mars 1973 sont publiés au Journal officiel dans cet ordre et l'un en dessous de l'autre deux arrêtés signés de Robert POUJADE alors ministre de la protection de la nature et de l'environnement :

     - le premier créant la réserve naturelle dite "de la GRANDE SASSIERE" ,

     - le second déclassant une partie de la réserve naturelle de TIGNES (combe de la petite Balme - glacier de la Grande Motte - nord du col de la Leisse).

Donnant-donnant... marché conclu.  

20- Face à face

 20- "ma" marmotte - cliché du Dauphiné soirée festive à TIGNES

Depuis 1973, de génération en génération de faune sauvage, on se raconte l'histoire. Aujourd'hui, "ma" marmotte se contente d'assister satisfaite au spectacle des soirées festives de TIGNES depuis l'entrée de son terrier du balcon de la GRANDE SASSIERE.

Nul doute qu'elle aussi se dit : "pourvu que ça dure et qu'un jour on ne déclasse pas mes sentiers" !

 

© F6

29 juin 2016

 En cliquant sur chaque photo, celle-ci s'ouvre bien plus nette dans une nouvelle fenêtre. En bas à gauche deux flèches permettent de faire défiler toutes les illustrations de la publication.

Pour revoir LA GRANDE SASSIERE plus loin, plus haut, en septembre 2015 :

Fidèles au rendez-vous - En balade, né au vent

Afin de préserver encore et encore la richesse du patrimoine naturel des appétits féroces des marchands d'or blanc et de la cruauté des chasseurs, des réserves naturelles ont été créées, ici en bordure du Parc National de la Vanoise. "Protéger, gérer, sensibiliser" en sont les objectifs.

http://f6mig.canalblog.com