Quand je suis rentré de "Chez moi, un mois" en Tarentaise, ils m'ont dit :

     - Maintenant que tu as pris du bon temps, vas-donc au coin !

Pas au coin de la rue pour acheter du pain...,

Personne à surveiller de l'oeil, pas de paradis en vue, ni même une petite parcelle de ciel à nettoyer...,

Rien à boucher non plus, et rien à faire au petit coin !

     - Non, non, non !, ils m'ont dit...,

     - Tu fais-ci, tu fais-ça, tu refais-ci, tu refais-ça, tu attends, et tu montres le résultat !

1

Alors, dans l'herbe mouillée j'ai ramassé, un plein panier d'osier j'ai rapporté.

J'ai ramassé un plein panier d'osier, puis j'ai lavé, essuyé, pelé, tranché, coupé, râpé... c'était dur, mais dur..., tu n'imagines pas !

3

J'ai rempli le grand faitout qui brille et qu'on ne sort pas tous les jours.

J'ai sorti le grand faitout, puis j'ai cuit, tourné, surveillé, trié, passé, filtré... ça sentait bon, mais bon dans toute la maison..., tu n'imagines pas !

2

Ensuite j'ai sucré comme on sucre les fraises du dessert de Grand-maman, et puis ça a recuit, j'ai tourné, écrasé, mixé, retourné. 

Même, j'ai léché la cuillère... même, c'était chaud, mais c'était bon..., c'était très bon et très chaud..., tu n'imagines pas ! 

4

Quand je suis rentré de "Chez moi, un mois" en Tarentaise,

ils m'ont mis aux coings.

Tu n'imagines pas,

ils m'ont mis au coin, trois jours durant !

5

     Cette année, le cognassier de la maison de famille était si chargé de fruits, que ses branches ployaient jusqu'au sol.

On aurait dit un cognassier-parasol !

Grand-maman a dit : "C'est F6, il a arraché le lierre du pied du cognassier !". Moi, je crois bien que je n'y suis pour rien et le lierre non plus...,

     - à moins que d'avoir beaucoup pensé au Pépé qui en mai aimait tant les délicates fleurs du cognassier ?

     - à moins que d'avoir souri au souvenir de tous ses petits-enfants, chacun à leur tour grimpés dans le cognassier, bien plus grands qu'au-dessus du chapeau de paille de Pépé ?

 

     Pour de vrai, le coing, il parait que c'est un fruit !? C'est aussi une punition, mais elle est bien récompensée. C'est un fruit, tu ne le croques pas, tu t'y casses les dents. C'est un fruit ingrat qui n'est pas sucré, mais c'est un fruit sympa qui a gagné mon amitié.

Rends-toi compte : il y en a eu pour plein de monde, et moi qui suis arrivé pratiquement le dernier, en trois tournées de près de trois kilogrammes chacune, j'ai cuisiné de la gelée, macéré de la P'titegoutte dans l'alcool, et mouliné puis séché une quantité de pâte de coing. Je sais que tout n'est pas parfaitement réussi, mais je sais aussi que samedi dernier, la petite équipe du vélo avait bien des souvenirs de grand-maman, en pâte au coing des lèvres. 

J

   

© F6

4 novembre 2015

NB : en cliquant sur chaque photo celle-ci s'ouvre bien plus nette dans une nouvelle fenêtre, c'est plus chouette à contempler et ça met l'eau au coin de la bouche. En bas à gauche deux flèches permettent de faire défiler toutes les illustrations de la publication.